Relations presse : choisissez le bon moment pour envoyer vos infos !

Accueil/Relations médias/Relations presse : choisissez le bon moment pour envoyer vos infos !

Envoyer une information à des journalistes, c’est bien. Mais l’envoyer au bon moment, c’est encore mieux !

Entrepreneurs, vous avez une bonne info à envoyer aux journalistes utiles à votre business, et vous êtes prêt à l’envoyer? Bravo! Mais avant d’appuyer sur le bouton, vérifiez encore une dernière chose: est-ce vraiment le bon moment pour la transmettre?

La question du tempo et de la gestion du temps est d’importance en relations presse, car le moment choisi pour envoyer votre information va être déterminant dans le succès de votre opération.

Si votre information est intemporelle, c’est-à-dire si elle ne concerne pas un événement, ou bien si elle ne répond pas à une saisonnalité particulière, vous êtes a priori libre de l’envoyer quand vous voulez, autrement dit dès que vous l’avez mise en forme dans un communiqué de presse.

Réfléchissez bien, cependant, car les médias vivent, comme toute entreprise, des périodes de «rush» et des périodes «creuses». Et la disponibilité des journalistes jouera fortement sur la visibilité de votre information et sur le temps qu’il prendront pour en prendre connaissance.

La presse locale, par exemple, se retrouve davantage en position de rechercher des sujets pendant la période estivale, souvent moins riche en actualités (sauf dans les zones touristiques, où les périodes creuses sont plutôt en hiver… Mais il existe des exceptions, comme en Alsace, où les touristes affluent à Noël. À vous de juger selon votre région…). Les journalistes, lors de ces périodes calmes, sont plus réceptifs à de nouvelles idées de sujets. C’est le moment de leur envoyer des informations qui concernent votre activité. Même s’ils ne traitent pas votre information tout de suite, à cette période, les reporters peuvent la conserver pour plus tard. Ils auront au moins plus de temps pour l’examiner.

Les médias professionnels et spécialisés connaissent des périodes de «surchauffe» au moment des salons professionnels qui touchent le secteur qui les intéresse: les journalistes sont alors difficilement joignables, car en déplacement en-dehors des rédactions pendant des journées entières parfois, selon la taille de l’événement. Et ils reçoivent, à cette occasion, une quantité d’informations et de messages encore plus colossale que d’habitude. Ayez donc en tête le calendrier des événements sur lesquels ils vont être mobilisés et préférez attendre que l’«orage» soit passé pour leur transmettre vos informations. Sinon, votre message risque de passer inaperçu, noyé au milieu de centaines d’autres.

En règle générale, si c’est la première fois que vous envoyez des informations, privilégiez les périodes calmes. Le mois de septembre est souvent un mois très chargé. La fin de l’année aussi, les périodes des fêtes faisant s’entrechoquer les événements et raccourcir le temps dont disposent les journalistes pour traiter les sujets. Le mois de mai est aussi un mois compliqué en raison des « ponts » qui limitent aussi la disponibilité des rédacteurs. En gros, évitez les périodes où les journalistes sont encore plus débordés que d’habitude!

Si votre information s’inscrit dans une temporalité, c’est-à-dire si elle concerne un événement particulier (que vous organisez ou auquel vous participez), ou bien si elle «surfe» sur une période de l’année bien précise (Noël, la Saint-Valentin, la rentrée des classes…), la règle est simple: anticipez!

Votre information doit parvenir suffisamment à l’avance pour que le journaliste ait le temps de l’utiliser. Ayez en tête la fréquence de parution du média (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, trimestrielle…) que vous visez et renseignez-vous sur les dates de parution (sorties en kiosque, diffusion, mise en ligne…) et de «bouclage» afin de ne pas envoyer votre information trop tard… Estimez aussi le temps dont doit disposer le journaliste pour recueillir davantage d’informations auprès de vous. N’envoyez pas vos informations la veille pour un traitement dès le lendemain!

Si vous l’envoyez trop tôt, vous gardez la possibilité de renvoyer votre information une nouvelle fois, un peu plus tard, comme une «piqûre de rappel».

Mais si vous l’envoyez trop tard… Vous n’aurez plus qu’à réfléchir à la prochaine information à envoyer… À un meilleur moment!

Dans mon prochain article, je vous ferai part d’une nouvelle expérience de communication authentique.

Lecteur du prochain article

Envoi

Photo : Fotolia

2016-12-27T18:59:47+00:00 10 novembre 2016|Relations médias|

Laisser un commentaire